KEF-X300A-Speaker

Test Kef X300A: le monitoring abordable ?

Est-il encore nécessaire de présenter cette marque emblématique de la hifi ? Acteur majeur du son à l’instar de Denon ou B&W, Kef a su se faire une place...

Est-il encore nécessaire de présenter cette marque emblématique de la hifi ? Acteur majeur du son à l’instar de Denon ou B&W, Kef a su se faire une place de choix parmi les férus de home-cinéma tout comme les audiophiles pointilleux.

Le kit présenter aujourd’hui n’a pourtant rien à voir avec le cinéma, au contraire, il s’adresse plutôt aux professionnels du son et aux musiciens. En effet, le X300A se rapproche plus des enceintes monitoring qu’hifi.

Présentation

Kef chasse sur les terres de Dynaudio et consorts, le X300A est en effet conçu comme une paire d’enceintes autonomes et auto-amplifiées. Mieux encore, elles se branchent directement en USB à votre ordinateur, permettant de s’affranchir de votre carte son intégrée .

Les X300A en imposent, bien plus grosses qu’une bibliothèque lambda et aussi bien plus lourdes car l’ampli est intégré dans chaque enceinte. L’enceinte de gauche contient en plus la fameuse carte son 96/24 vantée par Kef.

Niveau design, on rappellera que tous les goûts sont dans la nature.
Personnellement, j’ai trouvé le style parfaitement maîtrisé avec une qualité de finition qui fait honneur à son placement tarifaire (pas loin de 800€ tout de même). Le bois est recouvert d’un revêtement imitant l’aluminium et qui se marie très bien avec les couleurs et les tons des haut-parleurs.

Les haut-parleurs sont cerclés de noir et une minuscule diode indique que le X300A est sous tension. Et c’est l’unique indicateur visible sur la façade des enceintes.

Bundle et caractéristiques

Le bundle est complet avec :

– 2 câbles d’alimentation
– 2 câbles USB
– 1 câble jack-jack

Caractéristiques

  • Enceinte bibliothèque active bass reflex
  • Haut-parleurs: 5.25in. Uni-Q, 1in. aluminium dome HF
  • Réponse en fréquence (+/- 3db): 58Hz – 28KHz
  • Réponse en fréquence (+/- 6db): 49Hz – 45KHz
  • Max SPL: 104db
  • Amplification : Bi-Amped Class AB
  • AC Power Outputs: 100-120VAC, 50/60Hz
  • Puissance en sortie: 150W par canal @ 1kHz
  • Impédance en entrée: AUX 47K ohms
  • Entrée analogique: 3.5mm stéréo jack
  • Entrée numérique: USB: Mini USB type B (asynchrone)
  • Contrôles: Balance Control, AUX Control

Accessoires:

  • câbles d’alimentation x 2,
  • USB x 2,
  • adaptateur Bluetooth x 1 (peut être vendu séparément)
  • cable stereo x 1
  • Résolution: 16 et 24 bits
  • Échantillonnage: jusqu’à 96 kHz (dépend de la source via USB asynchrone)
  • Volume: 47L
  • Prix : 799 €

Des caractéristiques plus qu’honorables donc mais à 800€ on attend pas moins d’un tel produit. Tout juste manque-t-il une télécommande pour en faire un produit parfaitement connecté.

Ergonomie

Le X300A est un kit assez étrange en terme d’ergonomie. Non pas qu’il soit dur à configurer, loin s’en faut, mais c’est plutôt le choix de câblage qui aurait pu être mieux pensé.

Comme indiqué précédemment, chaque enceinte possède son propre ampli. Aussi chaque enceinte devra être alimentée avec son propre câblage électrique. Dans la théorie c’est beaucoup mieux pour les performances et permet de séparer les enceintes de plusieurs mètres.
Sauf qu’en l’occurrence, celles-ci sont reliées entre elles par un câble USB qui gère le transfert du signal entre les deux hauts-parleurs et que ce câble a une longueur bien définie… Impossible en effet de dissocier les deux enceintes de plus d’1m50, obligeant l’auditeur à utiliser deux prises. Certes une multi-prise n’est pas hors de prix, mais il faudra prendre en compte ce type de détail lors de l’installation, on a fait plus pratique. Après, il existe un module pour brancher vos enceintes en Bluetooth, mais avec les pertes de qualité qu’on connait.

Tous les réglages, branchements, le gain et balance se situent sur l’enceinte de gauche. Le contrôle du volume se fait directement sur l’ordinateur, seul le gain pouvant être réglé sur les enceintes.
Les deux entrées disponible sont USB et Auxiliaire. La première utilise un la carte son intégrée aux enceintes, pratique sur un ordinateur portable ou un ordinateur sans carte son dédiée. Le branchement est plug & play, aucun driver à installer, c’est simple et efficace.

Le support des flux 96/24 est un plus, même si votre audiothèque est vide de ce type de fichiers, en théorie la quantification sur 24 bits est sensée permettre un meilleur rendu, quel que soit le fichier.

Petite particularité, Kef a intégré un switch à l’arrière pour accorder la réponse en fréquence en fonction du support sur lequel les enceintes sont posées.
On peut donc définir deux modes, bureau ou pied d’enceintes. Ce petit plus est la preuve que Kef a réellement pensé aux utilisateurs durant la R&D. Quoi de plus énervant que de sentir son bureau trembler durant la composition d’un morceau ou même simplement en écoutant de la musique ?
Après, le réglage permettant de les brancher sur un pied d’enceinte me semble inutile pour la raison que j’ai donnée précédemment : les deux enceintes se branchent en USB, et le câble fourni est beaucoup trop court, sans compter que ça serait particulièrement disgracieux.
Plutôt massif, tous les bureaux ne pourront pas accueillir les Kef, sans compter la double alimentation.

Bref, à quelques détails prêt, les Kef X300A sont un modèle d’ergonomie, on en a pour son argent et ça fait plaisir. Passons maintenant à l’écoute.

Premières écoutes

Amateur de hi-fi, vous pouvez partir, il n’y a rien à voir. Par contre, Ingés son, compositeurs et fans de MAO, voici une excellente paire d’enceintes monitoring.
La réponse en fréquence est linéaire, attention, ce n’est pas ennuyeux, mais bien linéaire. Ce kit n’est pas destiné à un usage hi-fi mais plutôt professionnel, un enregistrement de qualité est sublimé par les Kef, mais toutes vos pistes en 128kbps ou les enregistrements réalisés à la truelle (coucou les red hot) sont à bannir. Même dans le plus beau des papiers cadeaux, une bouse reste une bouse, donc pour votre santé auditive, nourrissez les X300A avec ce que vous avez de mieux.

Concernant le son en lui même, et après avoir correctement réglé le gain, les premières écoutes sont riches en détail, avec un médium percutant mais sans être agressif. Particulièrement directives, il faudra positionner les enceintes de façon à se trouver au croisement des angles de champs.

Aucune gamme de fréquence n’est favorisé, donc en fonction de votre équipement actuel ça peut vous sembler soit trop aigu, soit trop grave. Sur de l’electro on se rend plus facilement compte de la profusion de détails et d’effet sur les bons enregistrements.
Sur du rock, les petites touches sur la guitare, les bends ou même les slides sembleront moins vivant mais beaucoup plus réalistes.

Le volume maximum atteignable est très élevé et vos oreilles lâcheront bien avant que les enceintes ne saturent. J’aurai aimé trouvé une télécommande malgré tout, passer obligatoirement par le contrôle de volume de l’ordinateur m’ôte le confort des boutons physiques.

Après 1 mois

Après 1 bon mois d’utilisation, impossible de ne pas aimer les Kef. Le son monitoring exige de modifier ses habitudes d’écoute, tout comme ses choix musicaux. Bannis tous les mp3 inférieurs à 320kbps. Bannis tous les flac d’albums mixés par des sagouins.

Et oui, le monitoring est résolument différent de la hi-fi, pas de signature chaude ou froide, pas d’altération ou d’embellissement. Le son brut, et juste le son.
Cette nouvelle approche, moins musicale, plus analytique, permet de se rendre compte du travail de production derrière vos pistes favorites. De la pédale flanger sur une guitare, au reverb d’un chanteur, tout est limpide, sans fioritures et presque sans malice j’oserais dire. Les Kef sont malgré tout de très bonnes enceintes une fois que l’on est habitué, on se surprend à redéfinir la pièce dans laquelle on écoute, en plaçant les X300À pour créer un cône. On range le bureau pour être sur que rien n’interfère, on ajoute, retire la mousse des évents en fonction de la quantité de grave recherchée. Rustique, mais efficace, ces mousses peuvent s’avérer utiles si vos voisins ne supportent plus la musique après 22h.

La MAO (Musique Assisté par Ordinateur) est un régal avec les X300A, plus de risque de se retrouver avec une demo déséquilibrée, avec des effets grossiers chez vos amis, mais superbes chez vous.

Comparées à des Focal CMS-50, les Kef arrivent à sortir un rendu au moins aussi bon avec notamment un aigu un poil plus clair. Comparer des enceintes monitoring est d’ailleurs plus simple, leur rendu étant neutre, du moins sur le papier.
Dans la pratique, chaque enceinte a bien entendu sa propre signature. Les Focal permettent d’ailleurs d’adapter le rendu via différentes vis à l’arrière.

Les Kef ont une meilleure extension dans les aigus, le médium étant du même niveau sur les deux paires. J’ai trouve le X300A un peu plus rapide au niveau des transitions avec des phrasés et des mesures plus faciles à identifier. De même, je trouve que pour un usage professionnel, le couple DAC/ampli des Kef fonctionne à merveille, et au final en ressort une configuration pas si hors des prix si on la met en face d’un ensemble enceintes monitoring (x2) plus carte son pro.

Pour un usage polyvalent (jeux, films, musique) le kit reste une valeur sûre. La profusion de détails et l’excellence du rendu compense largement son approche logiquement moins flatteuse qu’un kit Hifi ou grand public. Dans les jeux c’est même un avantage, sans non plus être un 5.1, il est aisé de repérer un ennemi.

Conclusion

Avec ses X300A, Kef s’attaque à un nouveau marché pour la marque: les enceintes monitoring. Se basant sur le haut-parleur Uni-Q, le kit fourni des prestations de très haut niveau avec une installation simplissime.
En plus d’être agréable à l’œil, ces enceintes combinent une amplification de qualité avec un DAC efficace, bref, idéal pour le mélomane averti ou le professionnel du son.

Le kit a bien sur quelques défauts, avec un volume de 47L pour pas loin de 18kg, il faudra vérifier l’espace disponible sur votre bureau avant de considérer l’achat.
La nécessité d’avoir à utiliser deux prises, bien que ce soit commun à tous les kits actifs, celui-ci est directement vendu en paire donc un montage en parallèle aurait été appréciable.

Mais ne boudons pas notre plaisir, pour 800€, c’est un très bon kit monitoring qui devrait permettre à Kef de s’implanter dans pas mal de home-studio.

17/20

Categories
AudioCasqueLaboTechnologie
  • doubleclic

    Bon test ,mais je suis indécis pour mon usage (écoute dans chambre bureau , actuellement équipé creative t3 et Spotify premium, musique jazz ,variété ,un peu de classique. )Alors que faire ?

  • doubleclic

    Finalement j’ai craqué,commandé lundi reçu ce matin..

    Superbes enceintes , connectées à mon mini pc Futjisu q 510 (très silencieux) j’ai écouté avec Spotfy premium différents albums, notamment les derniers de Patricia Barber (jazz), Higelin et Dépêche mode etc, c’est vraiment superbe ,le pied ,rien a voir avec les enceintes avec caisson ,je retrouve les définitions de ma chaîne hi fi !!.
    Je suis vraiment content de mon acquisition…..

  • http://www.facebook.com/robin.labadie Robin Labadie

    Trop cher pour ce que c’est, et le grave sur du 5 pouces, on fait pas de miracles… A ce prix, autant aller vers une vraie paire d’enceintes de monitoring. Après, bypasser une mauvaise conversion numérique/analog de la carte son de son PC c’est bien, mais quand on est prêt à dépenser 800€ pour du son, pourquoi ne pas en profiter pour prendre une petite carte son qui échantillonne jusqu’à 192Khz, et des enceintes directement analogiques ? Soit dit en passant, écouter en 96Khz 24 bits une source 44,1 16bits ne sert à rien, éventuellement ça peut aider à se rapprocher un peu plus de la réalité quand on a de mauvais convertisseurs, mais ça peut aussi rajouter des défauts quand c’est mal fait.
    L’aigu au centre, c’est une bonne idée pour bien être dans l’axe des deux HP, par contre si je n’ai jamais vu ça sur du matos pro, c’est peut-être qu’il y a une bonne raison. 

    Et pour le coup, prendre une interface stereo 2 pistes à 200€, et une paire de vraies enceintes de monitoring à 600€ donnera un bien meilleur résultat que ce joujou.

    Je ne connais pas le testeur, mais si c’est la première fois qu’il teste des HP de monitoring après avoir été habitué à du Hi-Fi, forcément il trouvera ça plus droit et plus détaillé, ça veut pas forcément dire que ça vaut son prix. Bref, je demande quand même à entendre moi-même…

    Une dernière chose : L’acoustique de votre pièce, ça se travaille, et ça fait plus de 50% du job en fidélité fréquentielle, et je ne parle même pas des fréquences qui traînent dans la réverb, et des filtrages en peigne dus aux ondes stationnaires trop présentes.

    • bricesan

      oui « l’aigu au centre » c’est une bonne idée 😉 on appel ça coaxial et ça existe sur du matos pro. Tannoy notamment en studio ou chez L acoustique en sono par exemple. c’est pas pour être dans l’axe des aigu mais pour améliorer la mise en phase des deux voies. c’est une technologie reconnue et c’est tout a l’honneur de Kef que de l’utiliser. curieux d’écouter ces X300A !

Nos articles sur le même thème