1000x500px-LL-a02fb62f_KOTORI201BLACK

Test Fostex Kotori 201, la nouvelle génération

A propos de Fostex Fostex est un constructeur japonais apparu en 1973 après la transformation de Foster Electric. OEM reconnu et réputé il partage avec Audio-Technica la production de...

A propos de Fostex

Fostex est un constructeur japonais apparu en 1973 après la transformation de Foster Electric. OEM reconnu et réputé il partage avec Audio-Technica la production de 80% des drivers pour casque dynamique. En 2012, ils assuraient une présence mondiale avec plus de 20 000 employés de par le monde.

Après s’être solidement implanté dans le milieu professionnel, puis le mileu fermé des casques haut de gamme avec le TH-900, Fostex attaque le marché grand public avec un casque nomade, design et personnalisable: le KOTORI 201.

Premier contact

Bien que l’on sache que Fostex axe son casque sur le design, c’est toujours surprenant de recevoir celui-ci dans ce qui ressemble furieusement à une grosse boîte à Bento. Ronde et violette, cette housse de rangement, plus que de transport, donne une identité réelle au casque. Fini le noir et le tissu rigide, place à un plastique « soft touch » aux couleurs assumées.

Une fois ouvert, le casque interpelle. Très loin du design froid, industriel ou simplement rétro parfois, le KOTORI 201 hurle à la face du monde sa différence. Bien que disponible en plusieurs coloris, l’exemplaire reçu est en dégradé vert-bleu transparent, avec des touches de violet-rose. Sans oublier bien sûr les coussinets blanc et le cuir de l’arceau noir.

Très coloré donc, nul doute que beaucoup choisiront un modèle plus discret, mais pour parfaire une panoplie nippon/manga/cosplay, l’amateur éclairé devrait y trouver son compte.

Plus gênant par contre, le câble. Non détachable et donc non remplaçable, il est en plus privé d’une prise casque ou d’un microphone. Bien que les adaptateurs existent désormais en nombre, c’est tout de même étonnant pour un casque nomade de sortir en 2013 sans la possibilité de prendre les appels. Plutôt épais et à mémoire de forme, sa durabilité reste à prouver, même si durant tout le mois où j’ai pu le tester, il n’a pas failli.

Pour en finir sur cette prise en main, le casque semble vraiment trop fragile en main. Je n’ai rien contre le plastique, mais faire la jonction entre l’arceau et les coques avec du plastique me semble trop léger. Heureusement le coeur de l’arceau est en acier, permettant une bonne résistance, mais il est plus que déconseillé de « brutaliser » le KOTORI 201, que ce soit le câble ou les coques, ils céderont beaucoup plus vite que vous ne le pensez.

Contenu

Le strict minimum pour ce KOTORI. Le casque, sa boîte et puis c’est tout. Cette boite à bento protègera parfaitement le casque mais sera aussi assez encombrante. Un choix à faire donc.

Ergonomie

Très léger, le KOTORI s’est révélé particulièrement agréable à porter. L’addition d’un poids plume et d’un clamping très faible fait des miracles et le casque se fait totalement oublier. Les coussinets sont confortables et très tendres et la structure en plastique/acier en font un des casques les plus léger qu’il m’ait été donné de porter.

Par contre, si le casque est léger sur la tête, cela se paye sur l’isolation. Le plastique fin, les coussinets tendres ne parviennent pas à couper les bruits ambiants. Pour des sessions d’écoute longues, en milieu calme, ce sera parfait. Mais, n’espérez pas l’utiliser dans les transports en commun ou même dans une rue bruyante.

De même, si le fait qu’il soit léger soulagera vos cervicales, il ne tient pas suffisamment sur le crâne pour pouvoir courir avec, usage sédentaire ou semi-sédentaire donc, d’autant que de par sa conception fermée, le casque ne « leak » pas et évitera donc de gêner vos voisins.

Caractéristiques

Driver: 40mm à structure en bio-cellulose
Réponse en fréquence: 8-37Khz
Impédance : 32 ohms
Sensibilité : 103dB/mW
Prix: 140€ (confirmation mai 2013)
Site internet : http://www.kotori-headphones.com/ 

Les photos des différentes personnalisations possibles sont disponibles sur leur Pinterest  ou sur la page Facebook Kotori .

On attend beaucoup de ce driver Fostex, leurs modèles en bio-cellulose étant très réputés. Concernant la réponse en fréquence un peu fantaisiste on espère que le casque saura taper juste dans le haut et le bas du spectre. On se met à rêver de retrouver un ersatz du TH-900, mais en nomade.

Qualité sonore

Bon, à la rédac de GMP3, on reçoit souvent pas mal de casques dans un délai restreint, mais parfois, quand le destin/hasard/chance le permet, on se retrouve à aligner une série de réussite. Après le RE-400, je m’étais dit que le prochain casque à venir aurait fort à faire pour me surprendre à nouveau.

Et pourtant, je pense que je porte sur les oreilles, le meilleur casque nomade qu’il m’ait été donné d’écouter ces 10 dernières années. C’est bien simple, ça ressemble à un casque nomade, c’est léger comme un casque nomade et ça sonne comme un très très bon casque hifi.

Si Fostex alimente la majorité des casques du marché en driver dynamique (Monster Beats Mixr pour le plus connu), ils ont, comme les meilleurs restaurant, réservé leurs meilleurs crus. Le KOTORI 201 peut surprendre par son design, mais si il vous frappe, c’est par le son.

La justesse des timbres, la spatialisation, même l’étagement des plans vous fera oublier que vous teniez quelques secondes avant une sorte de wearphone assumé. Le HD-25, le Spirit One et le Momentum, mes précédentes références se sont vues reléguées au fin fond du placard. Le Fostex réussit le pari de paraître si naturel que les détails ne vous sautent plus au visage, ils sont évidents.

La réponse en fréquence a beau être irréaliste, le KOTORI parvient à monter très haut et descendre très bas sans jamais être agressif ou trainant. Cela se traduit par une fatigue à l’écoute totalement inexistante. De plus, les graves tendus sont obtenus sans l’artifice d’un clamping excessif ou de mousses trop épaisses, les ingénieurs ont vraiment bossé et tirer le maximum des caractéristiques du casque. De plus, même avec un baladeur moyen de gamme, il est possible de se faire plaisir, sa sensibilité élevée et l’impédance d’entrée faible jouent en sa faveur. La signature du KOTORI est d’ailleurs assez plate au finale, sans pourtant être ennuyeuse.

Mais alors, si le KOTORI est le meilleur casque nomade, a-t-il des défauts ?
Et bien oui, déjà, il n’est pas suffisamment isolant, pour un casque à vocation nomade c’est handicapant. Il garde une longueur d’avance sur les autres casques même en environnement bruyant, mais on atteint alors des volumes sonores inacceptables.

Au gré des pistes

Seulement 5 pistes de test, mais c’est déjà largement suffisant pour tester les limites du casque.

Joe Goddard feat Valentina / Gabriel

Dés les départ, c’est cette sensation d’évidence qui nous submerge. Le beat est posé, la grosse caisse se détache sur son propre plan sans s’isoler non plus du morceau. C’est fluide, et l’étagement des plans sied parfaitement à cette piste électro assez répétitive. La voix de Valentina se détache sans effort, le haut médium est clair, sans aigus criards ou faux pic qui donne cette sensation de détail faussé sur beaucoup de casques. Bel équilibre.
Skrillex / Weekends [Zedd remix]

Amateur de dubstep et d’électro, sortez de vos cachettes, le KOTORI se prépare à vous asséner une gigantesque claque. La vitesse des transitions et la vivacité des phrasés entre chaque beat vous fera oublier le design tout particulier du KOTORI. Un grave très sec et au moins aussi tendu, voila ce qu’a à offrir Fostex. La où le HD-25 frappe sans réfléchir, à coup de direct dans les oreilles, le KOTORI la joue beaucoup plus fine, avec un uppercut dans les dents qui vous met au tapis, la piste devient lisible, presque simple malgré la complextro.

Last lynx / Killing Switch

Un peu de pop dans ce monde de brute. La caisse claire de la batterie est bien audible, elle n’est pas noyée par le mixage privilégiant les aigus des charleston. L’écho des voix est bien rendu, bien qu’étant un modèle fermé le KOTORI jouit d’une très bonne spacialisation. Le haut médium est une réussite mais sur cette piste ça manque un peu de grave à mon goût. Bonne nouvelle, le casque réagit bien à l’égalisation.

The Dead Weather / I Can’t hear you

Une pistes résolument roots qui fait vibrer les coques du KOTORI. Les guitares saturées se délient et on prend conscience de toute la qualité de la production derrière un apparent fatras. La voix est une réussite et surtout elle est épaulée par une caisse claire aux aguets. Bon, n’en jetez plus, il faut conclure.

Conclusion

Terrible leçon de la part de Fostex avec son KOTORI 201. L’ambivalence du produit est au moins aussi grande que ses performances acoustiques. Oui, je le dit, le répète et l’affirme: le KOTORI 201 est le meilleur casque nomade que j’ai jamais écouté, et oui c’est aussi l’un des plus cheap dans son choix de plastique. Avec une finition plus solide, il aurait aisément fait un « perfect score »

En usage sédentaire, le KOTORI 201 pourrait aisément se faire une place et reléguer au placard de nombreux modèles. En nomade, l’isolation faiblarde et la finesse du plastique au niveau des jointures jouent clairement en sa défaveur. Sans compter le câble non détachable et l’absence de télécommande ou prise micro.

Cela dit qu’on ne se trompe pas, malgré son design, malgré son apparent fragilité, malgré son isolation il serait dommage de passer à côté du meilleur casque de sa génération.

17/20

Categories
AudioCasqueLabo
  • Pingback: Test: Fostex Kotori 201, la nouvelle génération – Génération MP3 | MP3

  • nomis

    ou ont peut l’acheter ? svp

    • http://www.facebook.com/olivier.boulet.92 Olivier Boulet

      C’est un nouveau driver ou le même que le denon 1001 sorti il y a quelques années ?

  • KOTORI

    Les casques seront disponibles à la vente courant mai 2013… un peu de patience :)

    • nomis

      merci mille fois =)

    • Benjamin Millagou

      Comment pourront nous savoir quand le casque sera disponible en france ?

  • Yoyo

    Mais qu’est ce qu’il est moche quand même!!! Le même tout noir c’est possible?

  • http://www.facebook.com/olivier.boulet.92 Olivier Boulet

    C’est un nouveau driver ou le même que le denon 1001 ou la Creative Aurvana Live sortis il y a quelques années ?

    • Zenjin

      A vu de nez c’est un aurvana live avec une coque transparente … Pas grand intérêt vu le prix actuel du casque creative…

  • orpheus

    trop subjectif ce « test »… sur le test des ‘numériques’ ils évoquent des basses assez peu présentes (avec graph FR à l’appui), quid ?

    • e_resolu

      Yes, de même les numeriques parle de bonne isolation alors que gmp3 la juge mauvaise. Je suis perdu !

Nos articles sur le même thème