sennheiser

Test Sennheiser HD25 Amperior

Sennheiser HD25 Amperior Diaporama Présentation Il n’est pas simple de tuer l’image du père, ou par extension d’un modèle qui assure la gloire d’une marque depuis des années. Koss...

Sennheiser HD25 Amperior

Diaporama

Présentation

Il n’est pas simple de tuer l’image du père, ou par extension d’un modèle qui assure la gloire d’une marque depuis des années. Koss n’a jamais pris le virage de la modernité en matière de casque et s’accroche quasi exclusivement à son Porta pro. Si Sennheiser n’emprunte pas cette voie et reste un des grands leaders, l’image du HD25 vieillissant, même après sa version 2, reste particulière. D’un côté le modèle ne peut plus vraiment être considéré comme un leader en nomade, de l’autre il reste dans les excellents produits et tient toujours parfaitement son rang de casque professionnel. Une première réponse viendra sans doute du Momentum, hymne néo-rétro mariant design et matériaux luxueux, peut-être le véritable haut de gamme nomade de Sennheiser.

Mais pour qui attend une itération du hd25, un hypothétique HD26 par exemple, l’horizon est plutôt dégagé. Une édition Adidas pour calmer l’homme branché, pas vraiment plus, jusqu’à l’annonce d’un Amperior. Un nouveau modèle ? Oui et non. Car s’il modifiait son nom il n’en restait pas moins un HD25, avec des drivers de HD25. 2 points pourtant : une impédance passant de 70 Ohms pour la version classique (excepté un modèle 300 Ohms) à 18 Ohms, la promesse d’un fonctionnement déjà probant sur baladeur ou smartphone donc, là où le classique s’exprimait bien mieux avec ampli. Deuxième point, des cups en aluminium, taillées en escalier pour l’élimination des résonnances. Sur le papier cela a donc son intérêt. On pourrait de même citer un dernier argument avec l’apparition d’une télécommande Apple. Reste qu’avec un surcout entre 100 et 150 Euros, Sennheiser est un peu trop sûr de lui. Focal, Philips, V-moda dans une moindre mesure, des concurrents très sérieux pour un prix environ 100 euros inférieur.

Package

Premier point décevant, la marque reste campée sur le package réduit du HD25. L’extension du câble et le manuel d’utilisation, point barre. Je ne suis pas utilisateur de housse pour casque, mais cela aurait été un bon point ici.

Fabrication

Pratiquement tout a été dit sur le HD25 classique. Plastique, loin d’être massif, mais en pratique sans grand reproche. Le modèle reste sur les mêmes bases avec une impression de robustesse venant des cup en alu. L’extension du câble, ou plutôt la seconde partie du câble (la marque se calant sur le système de Philips) est un peu trop fine, particulièrement pour sa terminaison Jack très loin des anciens modèles, bien plus adaptée à un usage nomade en revanche. Nous ne sommes toujours pas au niveau d’un V-Moda ou des Fidelio de Philips, mais le produit est fait pour durer, qui plus est avec la présence de pièces détachées.

Confort

Point assez subjectif, surtout pour ce modèle. Le serrage reste dans la norme, suffisamment bon pour une excellente tenue, mais difficilement supportable après une heure et demi. La marque est ici repassée aux coussinets en velours. S’ils sont plus doux que la matière chiffonnée utilisée sur le Adidas pas exemple, ils sont également un peu plus irritants pour l’oreille sur les longues séances.
Enfin, le modèle est un peu plus lourd, aluminium oblige. En pratique, le modèle reste sous les 200gr et l’arceau est suffisamment rembourré, ce point est pratiquement négligeable.

Isolation

Matière chiffonnée contre velours, et le velours semble un peu en deçà. En pratique nous sommes dans la tranche haute des isolations. Un peu en dessous du Focal Spirit one ou du HD25 Adidas, au-dessus du Philips M1 et très au-dessus des V-Moda ou du L1.

Le Son

Tout a été dit ou presque sur le HD25, rappelons tout de même 2-3 points. S’il n’est pas, de base, mauvais en nomade, sa popularité vient avant tout de son utilisation en prise de son et DJ, Robustesse et isolation pour ce premier usage, dynamique et encore isolation pour le second usage. En revanche, s’il est un point que l’on pourra lui reprocher (ou non), c’est bien sa nature capricieuse. Pas déséquilibré ni lacunaire (baisse prononcée après les 10Khz néanmoins), le modèle est marqué par des bonnes oscillations : bosse de bas-médiums, petit creux autour de 4-6Khz et pic autour de 8-10Khz. Difficile dès lors de le considérer comme neutre par rapport à certaines productions récentes. Peu importe en un sens, le modèle reste, même maintenant, plutôt versatile, pas vraiment rebuté par un genre mais loin de faire l’unanimité en terme de signature.

L’Amperior montre dès le début une différence de taille, la puissance demandée. Il est maintenant possible, même sur des pistes mixées à bas volume, d’exploiter le son sans taper dans les limites du baladeur/smartphone. On se rapproche (mais toujours plus énergivore) alors de la moyenne des supra : AIAIAI TMA1 ou ES7 d’Audio-Technica par exemple.

Côté purement sonore maintenant. Pas de surprise nous sommes dans quelque chose de très proche, mais néanmoins pas identique dans les caractéristiques. La signature est à peu près la même, bien que le pic dans les aigus semblent encore un peu plus prononcé, l’impression de tranchant semble en tous cas encore un petit cran au-dessus. De même, l’impression d’impact, sur un jeu de batterie par exemple, parait encore plus franche et plus propre, plus agressive même.

Le modèle affiche une signature dynamique, parfois à la limite du sibilant sur les voix féminines, mais paradoxalement un peu sombre (aigus un peu court après 10Khz), une signature qui reste assez polyvalente mais s’adapte vraiment mieux aux genres rapides. Les styles vocaux ou acoustiques ne sont pas ses points forts par exemple. La copie est de bonne à excellente sur l’électro.

Fidèle à l’ancien modèle, le Amperior présente une scène sonore projetée vers l’avant, assez profonde et détaillée mais très perfectible sur la séparation des instruments. Les morceaux vraiment difficiles mettent maintenant largement en évidence l’ancienneté du driver, Focal et Philips sont facilement au-dessus sur ce point.

Le plus grand avantage du modèle reste ainsi son impédance bien plus faible, permettant de l’exploiter sans difficulté. Pour le reste, certes les différences sont là, mais très ténues voire négligeable. On pourra louer le côté haut de gamme du produit, mais les 100 à 150 Euros de plus (le casque étant à environ 300 euros) paraissent excessifs, les déjà excellents modèles s’établissant plutôt dans les 200, d’autant plus que le package ne joue pas en sa faveur. Pour les inconditionnels du HD25. Pour les autres, le Momentum sera peut-être une autre réponse.

CONCLUSION

Une base presque sacrée, un driver à peine modifié, de nouvelles coques et une compatibilité Apple, voilà la promesse de l’Amperior. Se reposer sur l’immense succès du HD25 et le transformer en purement nomade est une idée plutôt bonne, mais on aurait aimé un peu plus de risque pour un casque qui, s’il apporte quelques différences, ne mérite pas un tel surcout.

14/20

Nous rappelons que les appréciations sont à remettre dans leur contexte. Niveau de gamme du produit, prix pratiqué, public visé. Nous vous conseillons de lire attentivement le test dans son intégralité.

Il va également sans dire que la subjectivité est inévitable dans un test de casque, il se peut que vous soyez déçu par un modèle malgré tous nos efforts pour rester objectifs.

Categories
LaboSennheiser
  • ArthurGe

    J’hésite à remplacer mon Allen&Heath XD53 par un Pioneer HDJ2000 ou cet Amperior (utilisation DJ, parfois nomade). Lequel conseilleriez vous ? Cette nouvelle version semble un peu décevante.

    • guillaume

      Non, pas une déception, ça reste un très bon modèle. Simplement, il n’apporte presque rien de plus (voire moins )que les 2 modèles cités pour 100 euros de plus, et surtout que le hd25 pour pratiquement le double de son prix. Il faudra que je reteste le pioneer (j’étais pas fan de la finition de mémoire).

      • ArthurGe

        Le HDJ1000 n’était vraaiiiiiment pas top mais le 2000 (celui en metal) m’avait l’air bien fini avec un son plus que correct. Je serai ravis de lire un petit test objectif dessus 😉

        Difficile de choisir un bon casque DJ finalement.

  • Pingback: Test Sennheiser HD25 Amperior | Caramelspoon

  • MonsTurbine

    Plutôt que de dépenser100€ de plus dans un Ampérior, sauf si on tient absolument au design plastique argenté, j’aurais une suggestion. Etant moi-même possesseur d’un HD25-II, j’ai vite pu constater que son gros défaut était le câblage (hallucinant que Sennheiser ne ce soit toujours pas penché sur la question d’ailleurs, un cable acier pour un casque de ce prix, franchement…). Je me suis donc fait faire un cable sur la base de celui de son grand frère, le HD650, qui a été raccourci parce que 3 mètres de long en nomade… Bref. Cette modification pour le prix de 50€, a transporté mon casque vers une autre dimension sonore ! Finis des timbres acides et criards qu’il crachait parfois, tout est désormais plus riche, plus nuancé et plus subtile. L’assise est renforcée, les basses mieux définies, plus tendues. la scène sonore gagne en ampleur, même si on ne passe pas non plus du garage à Bercy. De même, la séparation des instruments se fait plus nette, et les détails tels que les doigt frottant sur les cordes, ou les soupirs et respirations ressortent mieux. Ce n’est pas juste subjectif, la différence est très nettement marquée, d’autant plus si l’on utilise des fichiers sans compression (pourquoi acheter ce type de matériel pour écouter du MP3 ais-je envie de dire?). Après avoir passé du temps à tester les différents modèles en lice actuellement, j’ose prétendre qu’un HD 25 ainsi habillé laisse derrière lui des concurrents tels que le Focal Spirit One, ou encore le Philips X1, par lequel j’ai par ailleurs été plutôt déçu (c’est fade comme écoute…). Mais cela, c’est un autre débat !

    • Seb

      Comment as-tu fait pour raccourcir le câble du 650? Ca m’intéresse car je n’ai pas réussit!

Nos articles sur le même thème

  • 4

    On a testé l’Astro A40 et l’Astro A50

    Si vous aimez avoir du bon son dans vos oreilles pendant que vous jouez aux jeux vidéo, voici deux tests réalisés sur Jeuxvideo.org pour deux casques de la marque...
  • ajays_five_top_white

    Test | a-JAYS Five

    Il n’y a pas que les casques et les enceintes nomades dans la vie, il y a aussi les écouteurs et nous allons plus particulièrement parler aujourd’hui des intra-auriculaires....
  • IMG_1117

    Test Nokia Lumia 925

    On vous en avait parlé avant sa sortie puis pendant, voila notre test après un mois d’utilisation intensive. Le Lumia 925 a passé tout son temps dans ma poche,...
  • KEF-X300A-Speaker

    Test Kef X300A: le monitoring abordable ?

    Est-il encore nécessaire de présenter cette marque emblématique de la hifi ? Acteur majeur du son à l’instar de Denon ou B&W, Kef a su se faire une place...