jays

Test Jays T-Jays Four

Page produit Commentaires et feedback Introduction : Marque à la réputation sage mais établie, des produits reconnus sans provoquer un raz de marée. La faute, sans doute, à un...
  • Page produit
  • Commentaires et feedback

Introduction :
Marque à la réputation sage mais établie, des produits reconnus sans provoquer un raz de marée. La faute, sans doute, à un choix sur la forme, Jays n’étant pas vraiment tombée dans l’eldorado du casque design. Qu’importe voire tant mieux. Les A-Jays trainent une réputation de tueurs dans leur gamme, choses que les anciens D-Jays et surtout Q-Jays avaient fait il y a plusieurs années. Cette gamme T-Jays renouvelle-t-elle l’exploit ?

 

Jays T-Jays Four

Package

Très belle boite, mais très agaçante à ouvrir la première fois. A l’intérieur, package très sobre, bien présenté. On retrouve les écouteurs occupant une moitié, la boite de rangement et les divers embouts se partageant le reste. On retrouve pas moins de 4 tailles d’embouts, ce qui est largement suffisant pour toutes les morphologies. La housse de transport est une boite en plastique assez bien construite, s’ouvrant en demi-disque. Enfin, petit plus pour certains, le clip pour attacher aux vêtementx, pas utile dans mon cas (non pas par absence de vêtement). Bref pas de manque, sauf pour les allergiques aux embouts silicones.

Fabrication

Plastique dense, assez sérieux, au toucher caoutchouteux. Le produit donne une impression monobloc assez agréable, sans réelle faiblesse. Nous ne sommes pas non plus dans ce que fait Atomic Floyd, mais au dessus de pas mal de modèles.

Petit bémol sur le câble, pas spécialement épais, surtout au niveau de la prise Jack. Il est étrange de constater une régression entre le A-Jays et ce T-Jays. Le premier modèle est en effet doté d’un câble plat, moins fragile et surtout s’emmêlant moins à l’usage.

Confort

Il y a deux écoles pour le port de ce modèle. La marque a visiblement privilégié un port classique, en oreillette bouton, câble non enroulé. Cette configuration me convient sans trop de problème, la tenue étant assez bonne en se logeant dans la conque. Pour les oreilles un peu plus étroites c’est en revanche plus problématique, car il faudra passer par le port en tour d’oreille, pas franchement esthétique pour le coup, laissant une excroissance visible, il faut ce qu’il faut. Aucune position n’est meilleure en écoute ou en isolation.

Isolation

Bonne mais pas exceptionnelle pour un intra, sans doute à cause de la canule (tube de plastique) assez court ici.

LE SON

Testé avec un Cowon S9, omnia 7 et iphone 4s.

Signature assez prononcée dans les basses, mais plus proche du petit boost que de l’étranglement sonore de certaines marques. Pic dans les bas-médiums, assez classiques, et légère hausse dans les basses donc. Premier bon point, le modèle ne tombe pas dans le syndrome d’une signature piste noire. Les médiums sont bien là, visiblement un creux dans les haut-médiums, et les aigus sont là, avec une atténuation visible dès les 10Khz apparemment.

L’écoute est ainsi rentre dedans, assez puissante, mais sensiblement plus polyvalente et qualitative que les Highdef Drum de Atomic Floyd et surtout que la gamme intra de Beats.

Excellente reproduction des bas-médiums, très détaillé, avec une légère coloration et beaucoup de corps, très agréable sur les percussions. Dans ce registre, les T-Jays four suivent facilement le rythme de styles de type métal ou hard rock. Petit bémol tout de même avec les basses, moins bonnes que les bas-médiums, un peu débordantes et donc gênantes pour les styles cités justement. Nous avons ainsi une sensation d’étranglement, je ne conseillerai donc pas le produit pour le hard rock et métal, à moins d’égaliser.

Plus à même de s’exprimer dans les structures simples, le boost dans les basses donne d’excellents résultats dans l’électro, le rap et l’acoustique, voire le Jazz dans une moindre mesure. Le classique met en avant un autre problème, le léger manque d’aigus, l’écoute n’est pas voilée et ne manque pas de détails, mais il manque de la clarté pour le style.

Autre bonne nouvelle, la bonne reproduction des voix. Pas neutres, largement chaleureuses, assez détaillées, sans grand reproche donc.

Pas de surprise sur la spatialisation, étriqué comme tout bon intra de sa gamme. Seuls les modèles Chinois comme le RE0, plus axés aigus, rendent déjà un bonne copie. Il y a plus détaillé (encore le RE0 ou les Phonak) également, mais la dynamique est malgré tout très bonne, oubliant quelques scintillement au passage mais raclant tout dans le bas du spectre. Enfin, bonne séparation des instruments en général, avec un petit gadin dans les morceaux chargés

Autre point, modèle relativement permissif sur les mauvais enregistrements, tant que les basses ne sont pas vomi en torrents (black métal, encore une fois), ou déjà surmixées (aléatoirement en électro).

Un modèle assez versatile donc, que l’on pourra conseiller pour la qualité de ses basses, point suffisamment rare dans ce genre et à ce niveau de prix. Qualitativement, la différence est là avec le A-Jays, bien que le rapport qualité-prix de ce dernier soit au-dessus.

N’oublions pas non plus l’égalisation, corrigeant légèrement le modèle sur les styles hard rock ou métal ou en rehaussant les aigus autour de 10Khz, voire en baissant les basses en prime mais cela n’est finalement pas trop important. Pour les autres genres, la signature semble difficilement améliorable sans détériorer l’écoute. Nous ne sommes pas dans un modèle simple de ce point de vue.

CONCLUSION

Un des rares modèles basseux de sa gamme faisant bien les choses, sans congestion ni effondrement des aigus. Un produit combinant la forme et le fond avec succès. Quelques corrections à apporter, notamment sur le câble.

15/20

Nous rappelons que les appréciations sont à remettre dans leur contexte. Niveau de gamme du produit, prix pratiqué, public visé. Nous vous conseillons de lire attentivement le test dans son intégralité.

Il va également sans dire que la subjectivité est inévitable dans un test de casque, il se peut que vous soyez déçu par un modèle malgré tous nos efforts pour rester objectifs.

Categories
JaysLabo

Nos articles sur le même thème

  • 4

    On a testé l’Astro A40 et l’Astro A50

    Si vous aimez avoir du bon son dans vos oreilles pendant que vous jouez aux jeux vidéo, voici deux tests réalisés sur Jeuxvideo.org pour deux casques de la marque...
  • ajays_five_top_white

    Test | a-JAYS Five

    Il n’y a pas que les casques et les enceintes nomades dans la vie, il y a aussi les écouteurs et nous allons plus particulièrement parler aujourd’hui des intra-auriculaires....
  • IMG_1117

    Test Nokia Lumia 925

    On vous en avait parlé avant sa sortie puis pendant, voila notre test après un mois d’utilisation intensive. Le Lumia 925 a passé tout son temps dans ma poche,...
  • KEF-X300A-Speaker

    Test Kef X300A: le monitoring abordable ?

    Est-il encore nécessaire de présenter cette marque emblématique de la hifi ? Acteur majeur du son à l’instar de Denon ou B&W, Kef a su se faire une place...